Jour 1 177

De Matriochka souffrant d'un léger strabisme, la dame est devenue belle meunière, dotée de jambes !

Ça change tout avec les  jambes. J’adore !

Je ne voudrais pas qu’on pense que ça me fait plaisir d’apprendre que Robbe-Grillet était impuissant, je suis d’ailleurs mal à l’aise d’écrire ce qui précède. Je trouve, simplement, que cette information m’éclaire quant au contenu sexuel de ses films en début de carrière, et quant au rôle de maître de cérémonie sadomasochiste que s’est construit sa femme Catherine –qui publiait ses nouvelles érotiques sous le pseudonyme de Jean, puis Jeanne, de Berg. C’est peut-être une bonne chose, pour un écrivain masculin, que d’être impuissant, dans la mesure où cela peut devenir le moteur de l’écriture de toute une vie. De la même manière, l’artiste féministe Louise Bourgeois a puisé dans la haine qu’elle entretenait envers son père –j’ai lu ça quelque part dans un musée– l’inspiration, idem, de toute une vie.
Cela me fait penser à un homme que j’ai connu lorsque nous travaillions, lui et moi, dans un restaurant de la ville de Québec. Je ne comprenais pas son besoin d’amener chaque soir dans son lit une femme différente, jusqu’à ce que je découvre qu’il avait souffert d’un cancer qui avait entraîné l’ablation d’un testicule. Il avait absolument besoin de se prouver qu’il n’était pas moins viril avec un testicule en moins. Encore une fois, j’énonce une interprétation approximative que vient contredire, il me semble, ma propre histoire. Je me suis fait enlever un ovaire quand j’avais dix-neuf ans, et je n’ai jamais senti le besoin de me prouver que j’étais aussi féminine et aussi bonne génitrice qu’une femme dotée de ses deux ovaires. Pouf !
Je me suis intéressée aux Nouveaux Romanciers en partie, je dirais, parce que j’ai découvert, au fil de mes lectures à la Bibliothèque nationale de la rue de Richelieu, que la mère de Robbe-Grillet mettait des chauves-souris sous ses aisselles pour les tenir au chaud. J’ai peut-être lu ça dans Angélique ou l’Enchantement. Je n’aurais jamais imaginé ma mère –qui avait peur de son ombre– faire une chose pareille, et on me paierait pour que je le fasse que je ne le ferais pas. Alain Robbe-Grillet, dans ma compréhension des choses, ayant été éduqué par des parents érudits hors du commun allait, j’en étais certaine, enrichir ma vie intellectuelle en me faisant explorer des sentiers moins fréquentés. Or j’ai appris davantage en lisant ses autobiographies, écrites dans les années quatre-vingts, qu’en essayant de comprendre ses expérimentations anti-romanesques des années cinquante et soixante qui sont au centre de ma thèse de doctorat.
Aujourd’hui, je suis pas mal certaine qu’en parlant avec un agriculteur du coin, ou une personne qui habite la campagne et qui aime un tant soit peu les animaux, une personne qui n’a peut-être même pas terminé son secondaire cinq, je suis pas mal certaine que je découvrirais qu’il n’y a rien là, réchauffer une chauve-souris contre soi pour lui sauver la vie. Ça y est, me voilà avec une nouvelle affaire à tester auprès de mon entourage lanaudois : qui serait prêt à héberger une chauve-souris sous son aisselle pour la tenir au chaud. Si les gens me demandent pendant combien de temps, je vais répondre une journée.

Publicités

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 1 177

  1. Ping : En guise de conclusion | As the exhibition conclusion – André Clouâtre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s